BIG BANG - Magazine de Musiques Progressives

Chroniques

Lemuria pochette

PISTES :

1. Typhon (4:36)
2. Uthark Runa (4:42)
3. Three Ships of Berik Part 1: Calling To Arms And Fighting The Battle (3:20)
4. Three Ships of Berik Part 2: Victory ! (0:44)
5. Lemuria (4:15)
6. Quetzalcoatl (3:48)
7. The Dreams of Swedenborg (4:58)
8. An Arrow From The Sun (5:55)
9. Abraxas (5:22)
10. Feuer Overtüre / Prometheus Entfesselt (4:39)

FORMATION :

Christofer Johnsson

(chant, guitare, claviers)

Kristian Niemann

(guitares électrique et acoustique)

Johan Niemann

(basse)

INVITÉS

Steen Rasmussen
(Mellotron, orgue Hammond)

Jens Nyborg
(balalaika, domra)

Sven Lindblad
(balalaika)

Kavi Björkqvist
(balalaika)

Richard Evensand
(batterie)

Mats Levén
(chant)

Piotr Wawrzeniuk
(chant)

Peter Mossman
(narration)

Prague Philharmonic Orchestra
(conduit par Adam Klemens et Mario Klemens)

Kūhn Mixed Choir
(chœurs - conduit par Mario Klemens)

----------------------------------------------

Sirius B pochette

PISTES :

1. The Blood Of Kingu (5:45)
2. Son Of The Sun (5:35)
3. The Khlysti Evangelist (5:39)
4. Dark Venus Persephone (4:02)
5. Kali Yuga Part 1 (3:28)
6. Kali Yuga Part 2 (5:48)
7. The Wonderous World Of Punt (7:19)
8. Melek Taus (5:32)
9. Call Of Dagon (4:14)
10. Sirius B (3:44)
11. Voyage Of Gurdjieff (The Fourth Way) (5:57)

FORMATION :

Christofer Johnsson

(guitare, mandoline)

Kristian Niemann

(guitares électrique et acoustique, mandoline)

Johan Niemann

(basse, mandoline)

Wolfram Dettki Bludeau

(batterie, percussions)

INVITÉS

Steen Rasmussen
(orgue Hammond)

Richard Evensand
(batterie, gong)

Lars Sømod Jensen
(orgue d'église)

Mats Levén
(chant)

Piotr Wawrzeniuk
(chant)

Prague Philharmonic Orchestra
(conduit par Adam Klemens et Mario Klemens)

Kūhn Mixed Choir
(chœurs - conduit par Mario Klemens)

THERION

"Lemuria"/"Sirius B"

Suède - 2004

Nuclear Blast - 42:19/57:03

 

 

Trois ans après Secret of the Runes, précédente réalisation studio, et deux ans après le Live in Midgard (chroniqués respectivement dans les numéros 41 et 47 de Big Bang), le groupe de Christofer Johnsson livre pas moins de deux nouveaux albums, sachant qu'un troisième devrait en outre sortir d'ici quelques mois. A cet égard, non seulement le packaging est particulièrement soigné, mais en outre, les deux disques sont vendus pour un temps limité en un seul ensemble proposé au prix d'un seul CD. Quant à la qualité du diptyque, elle est remarquable : Therion a atteint là un des sommets de sa carrière, commencée il y a dix-sept ans dans le giron du death metal (voir la rétrospective parue dans Big Bang n°35), et marquée par quelques perles comme Vovin et Secret of the Runes.

Mais pourquoi deux albums distincts et pas un double ? Sans doute en raison de l'absence d'un concept suffisamment unificateur. Si le parolier Thomas Karlsson s'intéresse toujours aux thèmes mythologiques, il explore ici une grande variété de cultures, égyptienne («Son of the Sun»), grecque («Typhon», «An Arrow From The Sun», «Feuer Overtüre/Prometheus Entfesselt», «Dark Venus Persephone»), amérindienne («Quetzalcoatl»), germanique («Three Ships of Berik»), russe («The Khlysti Evangelist»), hindoue («Kali Yuga») et toujours nordique («Uthark Runa», «The Dreams of Swedenborg»), sans oublier des légendes transversales, comme celles des continents disparus («Lemuria»), ou un hommage à Lovecraft («Call of Dagon»). La qualité d'écriture est notable, souvent poétique, ainsi que le prouve à lui seul le très beau «Feuer Overtüre/Prometheus Entfesselt».

Si le style de Therion reste fidèle à lui-même, les moyens mis en œuvre sont les plus conséquents jamais employés par le groupe : outre six choristes solistes et divers musiciens invités, comme le chanteur Matts Leven (ancien collaborateur d'Yngwie Malmsteen), on note surtout la participation de l'orchestre philarmonique de Prague au grand complet, pour un total de cent cinquante personnes, musiciens et choristes additionnés. C'est cet apport considérable qui fait sonner Lemuria comme Sirius B de manière extrêmement puissante. Les chœurs, en particulier, sont souvent d'une force et d'une intensité saisissante, sensibles dès l'ouverture de chaque galette («Typhon» et «Blood of Kingu»), à tel point qu'on pourrait parler d'un véritable wagnérisme metal. Pour ce qui regarde la section proprement metal, la rythmique pêche comme à l'accoutumée par une tendance trop binaire; quant aux guitares, très présentes, elles tissent des lignes instrumentales souvent répétitives, hypnotiques et entraînantes, qui se marient convenablement avec les arrangements symphoniques. Le principal regret concerne cependant les structures des morceaux, qui sont dans l'ensemble d'une durée moyenne de quatre à cinq minutes, privilégiant l'efficacité sur la complexité, dédiée toute entière aux arrangements orchestraux et vocaux.

Enfin, sur la qualité respective des deux disques, Lemuria apparaît comme un cran en dessous de Sirius B. Deux de ses titres («Typhon» et «Three Ships of Berik. Part 1 : Calling to Arms and Fighting the Battle») contiennent des interventions vocales death, réalisées par Johnsson en personne, plutôt pénibles, quelques parties instrumentales s'avèrent à la limite du ridicule («Three Ships of Berik. Part 2 : Victory !»), et les morceaux phares sont ainsi moins nombreux (le lent «Lemuria», l'imposant «An Arrow From The Sun», et ses remarquables voix de basse et d'alto, et «Feuer Overtüre/Prometheus Entfesselt», aux accents très proches de Ramstein). Sirius B est d'un niveau plus homogène, sans point faible, et la collection de bijoux est impressionnante : les tubuesques «Son of the Sun» et «Dark Venus Persephone», les deux parties de «Kali Yuga», imparables et inquiétantes, qui atteignent d'ailleurs ensemble les neuf minutes, le majestueux «The Wondrous World of Punt», ou «Call of Dagon» et ses cors de chasse pleins d'emphase.

Un doublé gagnant, qui est à la fois le plus metal du Therion post-Theli et le plus symphonique, et peut donc servir de parfaite introduction à cet univers unique (et pionnier !) dans le monde du hard-prog.

Jean-Guillaume LANUQUE

(chronique parue dans Big Bang n°54 - Juillet 2004)