BIG BANG - Magazine de Musiques Progressives

Chroniques

Big City Awakes pochette

PISTES :

1. Big City Awakes (9:58)  
2. Roller Coaster (5:13)  
3. Day 49 (7:46)  
4. On The Raw (7:39)  
5. Caravan (6:21)  
6. Dreams In A Box (5:39)  
7. Everything Will Come (7:35)  
8. Two Steps From Glory (5:56)  
9. Looking For Mr. Hyde (9:39) 

FORMATION :

Jordi Amela

(claviers)

Jordi Prats

(guitares)

Pep Espasa

(saxophone, flûte)

Toni Sanchez

(basse)

Alex Ojea

(batterie)

INVITÉS

Elia Piera
(chant)

Eulalia Rosa
(chant)

Iris di Cassi
(chant)

Paula Sánchez
(chant)

Uri Mas
(chant)

ON THE RAW

"Big City Awakes"

Espagne - 2017

Autoprod. - 66:01

 

 

Le courant progressif est si étendu et si difficile à circonscrire que certains de ses amateurs n'ont parfois aucun goût en commun. J'ai pu le constater à de nombreuses reprises et la surprise, qui ne devrait pourtant plus exister au bout d'un moment, est néanmoins toujours au rendez-vous. L'apparition d'une formation comme On The Raw, qui revendique d'entrée son métissage, est peut-être une réponse à ce genre d'incompatibilité. Quand bien même les musiques progressives sont par définition constitutives d'une telle hybridation, réunir en un tout harmonieux des éléments dissemblables n'est pas chose aisée, on le sait bien, et c'est pourtant ce que ces Espagnols ont brillamment réussi sur leur premier album autoproduit.

Big City Awakes, entièrement instrumental à l'exception de quelques vocalises féminines sur le dernier morceau, est ainsi bel et bien ce bal coloré auquel sont conviés toutes sortes de danseurs. Dans un esprit de totale liberté créative, On The Raw développe un rock progressif fondamentalement seventies qui brasse des développements et des structures propres au jazz-rock, mais constamment sublimées par des séquences électroniques, des arrangements modernes et une production d'une clarté plus qu'incroyable. Tout cela fait que l'ambition structurelle des 9 morceaux (de 5:13 à 9:58) de Big City Awakes bénéficie d'une fluidité mélodique rare, à même de rendre le tout des plus abordables et séduisants.

On The Raw est certes constitué de trois musiciens qui font également partie de Harvest (autre groupe espagnol bien connu), mais s'émancipe clairement du style pop progressif pratiqué par ce dernier, tout en ayant conservé sa flamboyance mélodique. La pierre angulaire de ce premier album réside dans le charisme de Pep Espasa, saxophoniste/flûtiste très impressionnant ! Celui-ci, en totale osmose avec les autres solistes (Jordi Amela aux claviers et Jordi Prats à la guitare), utilise ses instruments avec autant de tact et de délicatesse que de frénésie parfaitement maîtrisée. Flûte et saxophone font ainsi constamment mouche dans leur expression, offrant un groove incroyable à l'ensemble...

De ce melting-pot soyeux émerge des références évidentes, comme Camel ou Caravan (un morceau porte même le nom de ce dernier en guise de titre, même si le résultat évoque davantage... le Camel de Mirage), mais aussi DFA ou le Forgas Band Phenomena le plus progressif, sans oublier des allusions au groupe suédois Tribute et à son style si positif et entraînant. Impossible également de ne pas évoquer le Alan Parson Project instrumental, notamment quand la musique de On The Raw offre ses saveurs les plus sucrées.  

Telle la meilleure des crèmes Chantilly, qui s'avère tout aussi consistante que légère, Big City Awakes réussit le tour de force de rassembler différentes exigences autour de son propos. Les amateurs de puissance mélodique, d'ambiances joyeuses et positives et de structures ambitieuses vont donc tomber d'accord quant à la place à accorder à cet album au sein des plus belles réussites du premier semestre 2017...

Olivier PELLETANT

(chronique parue dans Big Bang n°99 - Juillet 2017)