BIG BANG - Magazine de Musiques Progressives

Chroniques

Stars Rain Down pochette

PISTES :

1. Rome Is Burning (6:15)
2. Beware The Vampires (4:53)
3. One Of The Machines (5:33)
4. Mariner (7:54)
5. Sky Full Of Stars (10:14)
6. Lost Highway (5:13)
7. Arrival (1:52)
8. Neurosaur (5:27)
9. Heavy Metal Symphony (5:09)
10. Project Blue Prince (5:24)
11. Fly (7:35)
12. Oblivion Days (4:34)
13. Space : 1999 (4:55)

FORMATION :

Erik Norlander

(claviers)

Kelly Keeling

(chant [1 à 4, 9])

Lana Lane

(chant [1,2,6,11,12])

Peer Verschuren

(guitares)

Don Schiff

(stick)

Ernst Van Ee

(batterie [1 à 6, 9,10,13])

Ed Warby

(batterie [8,12])

EXTRAITS AUDIO :

ERIK NORLANDER

"Stars Rain Down"

États-Unis - 2004

Think Tank Media - 75:02

 

 

Après Lana Lane (voir notre numéro précédent), c'est au tour de son mari et producteur de se livrer à l'exercice de l'album live, avec en couverture une très belle photo d'un ancien observatoire indien. Sélectionnant les prestations données en Europe (Allemagne surtout et Belgique) entre 2001 et 2003, Erik Norlander nous propose ainsi treize compositions aux provenances variées. Si les titres de ses disques solo sont les plus nombreux, avec un total de dix morceaux (deux de Threshold et de Into The Sunset, six du double Music Machine), il n'en oublie pas pour autant les Rocket Scientists, représentés par un extrait de Brutal Architecture et deux de Oblivion Days, leurs deux derniers opus studio en date. Les musiciens qui l'entourent sont à peu de choses près les mêmes que sur le Return To Japan de son épouse, qui se partage d'ailleurs les parties vocales avec Kelly Keeling.

La forme de l'ensemble est toujours excellente, avec une production nette et un livret richement garni en textes, une spécialité de Norlander. Quant au fond, si certains titres comme «Heavy Metal Symphony» ou «Lost Highway» auraient sans doute gagnés à être remplacés par d'autres, la sélection s'avère dans l'ensemble intéressante. On trouve ainsi des instrumentaux remarquables, du dynamique «Space : 1999», reprise du générique de la célèbre série de science-fiction, au puissant «Project Blue Prince», ouverture du second CD de Music Machine, le magnum opus du claviériste, en passant par l'emersonien «Neurosaur», offert ici avec quelques nouveaux atours pianistiques, sans oublier l'excellent et planant «Sky Full Of Stars», dans une version particulièrement réussie.

Les chansons sont également percutantes, et leurs arrangements réussissent globalement à conserver la même richesse qu'en studio, les soli de Norlander possédant la même brillance et la même virtuosité. Sur les brûlots rock, tel «Rome Is Burning», Kelly Keeling livre une performance qui parvient à faire oublier celle d'un Glenn Hughes. Quant à Lana Lane, elle s'approprie à merveille «Oblivion Days» et le bluesy «Lost Highway», avec une montée dans les aigus particulièrement impressionnante, et porte également avec brio «Fly». Parmi les titres plus apaisés, il convient de signaler «One Of The Machines» et le beau «Mariner» des Rocket Scientists. Un premier bilan réussi pour une carrière qui l'est tout autant.

Jean-Guillaume LANUQUE

(chronique parue dans Big Bang n°55 - Octobre 2004)