BIG BANG - Magazine de Musiques Progressives

Chroniques

Impossible Figures pochette

PISTES :

1. Gorilla With A Pitchfork (1:24)
2. Killer Of Hope (10:03)
3. Bach 16 (2:46)
4. Late For Church (6:15)
5. Confessor’s Overture (2:24)
6. Hymn For A Heathen (3:15)
7. A World Groove (6:30)
8. Counterpoints (5:59)
9. Feel The Cross (6:36)

FORMATION :

Wayne Gardner

(claviers, guitares, basse)

Trent Gardner

(claviers, chant)

Jason Gianni

(batterie)

EXTRAITS AUDIO :

MAGELLAN

"Impossible Figures"

États-Unis - 2003

InsideOut - 50:26

 

 

«Il faudrait souhaiter à Trent Gardner une ouverture vers une maison de disques qui serait prête à investir davantage sur lui». C'est ainsi que se terminait le long article rétrospectif que nous consacrions à Trent Gardner, leader de Magellan, voici plus d'un an (voir Big Bang n°46). Nous ne croyons pas alors si bien dire, puisque Gardner a depuis rompu son contrat avec Magna Carta et signé chez InsideOut, le label progressif le plus attractif du moment. Pour autant, il est resté fidèle à sa démarche artistique, tant ce cinquième album de Magellan, à la très belle pochette surréaliste et au magnifique livret à l'avenant, risque fort de laisser sur leurs positions partisans et détracteurs du groupe américain. Entouré de son inséparable frère Wayne (guitare et basse, régulièrement très présente) et d'un nouveau batteur d'ailleurs très en avant au mixage, Jason Gianni, qui succède ainsi avec brio à Brad Kayser et Joe Franco, Trent Gardner, toujours à la barre du navire (il a composé, enregistré et produit Impossible Figures), livre un disque qui se rapproche davantage de Impending Ascension et Test Of Wills que du brillant petit dernier, Hundred Year Flood.

On y retrouve en effet une dizaine de morceaux, dont quatre instrumentaux plutôt courts : «Gorilla With A Pitchfork», qui ouvre l'album avec un cocktail de claviers gouleyants et bien allumés; «Bach 16», commençant au piano comme un hommage à Bach et se terminant par du trombone et de l'orgue, pour une ambiance presque mortuaire; le passionnant «Confessor's Ouverture», également illuminé par le piano, sur lequel viennent ensuite se greffer des prolongements plus électriques. Sans oublier l'inédit «Hallucination Suite Part 1 - Uppers And Downers», proposé sur l'édition limitée de l'album, au découpage un peu abrupt, puisqu'à une partie planante s'ajoute une guitare électrique pesante qui s'accélère ensuite, avant qu'un solo de batterie ne vienne friser le hors sujet...

Le gros du disque se compose donc de plusieurs chansons, dont la plupart tournent autour de six minutes. Le titre le plus long, «Killer Of Hope», atteint quand à lui les dix minutes, et réunit tous les ingrédients du style propre à Magellan : des riffs de guitare en acier trempé, une rythmique solide et contrastée, un clavier qui soutient l'ensemble et lui donne une touche de douceur, sans oublier le chant unique de Trent Gardner, incontestablement un des points forts du groupe, dont la mœlle mélodique nécessite plusieurs écoutes pour être atteinte, tant il est vrai que ses lignes vocales s'enchaînent et ondulent à grande vitesse. Le solo de guitare a un son proche du style de Steve Howe, tandis que les vocalises du final évoquent en partie celui de «The Great Goodnight», mais on est ici plus proche de l'énergie vive de Test Of Wills.

Il en est de même pour «Late For Church», au thème d'ouverture très émouvant, «Counterpoints» (avec un long solo de clavier emersonien) et «Feel The Cross» (pourvu d'un solo de basse sur le final), tous efficaces dans leur genre; les deux derniers souffrent tout de même d'une rythmique aux accents synthétiques un peu trop marqués. L'excellent «Hymn For A Heathen» se rapproche davantage de «Walk Fast, Look Worried», toujours de Test Of Wills, avec sa première partie en forme de ballade au piano et sa seconde plus explosive. Mais en dehors de «Killer Of Hope», la deuxième composition majeure est sans aucun doute «A World Groove». Elle intègre en effet des influences percussives et vocales plus ethniques, une flûte aux accents asiatiques, et évoque le meilleur Impending Ascension.

Quant aux textes, ils prouvent une fois encore la richesse de vocabulaire de Trent Gardner, et privilégient plus spécialement ici le thème de la religion. Mais pas de préchi-précha à la Neal Morse, seulement un regard acéré et sans concession sur le caractère dérisoire, voire ridicule, de la pratique religieuse («Late For Church») et sur la concurrence et les guerres qui existent entre les diverses confessions («Feel The Cross»). On retrouve ce caractère engagé dans «A World Groove», critique du triste état du monde actuel, qui égratigne au passage la politique militariste des États-Unis. Pour le reste, le ton est toujours très sombre et désabusé, aussi bien sur la mortalité des histoires d'amour («Killer Of Hope») que sur le doute qui, parfois, torture chacun de nous («Counterpoints»).

On peut rester quelque peu insatisfait de l'évolution limitée que Trent Gardner a impulsée à son groupe, surtout après l'ambitieux Hundred Year Flood; mais peut-être cet album dense, prenant et bourré d'énergie a-t-il comme principal objectif de resserrer les rangs des amateurs de Magellan avant un nouveau changement de cap, ce qu'il réussira sans aucun doute à faire. Souhaitons en tout cas que Trent Gardner connaisse un succès suffisant pour mettre en chantier les nouveaux projets que sa verve suscite, et pour enfin connaître l'épreuve de la scène...

Jean-Guillaume LANUQUE
(remerciements à Grégoire PLADYS)

PS : notons une curiosité du livret, la présence d'un morceau en trois parties (sans les paroles), «Streamline», d'une durée annoncée de onze minutes, que l'on ne trouve pas sur l'album. Un de ces clins-d'œil énigmatiques dont Trent Gardner est familier ?

(chronique parue dans Big Bang n°52 - Février 2004)