BIG BANG - Magazine de Musiques Progressives

Chroniques

Tomorrow Instead pochette

PISTES :

1. Ébresztö (Arouser) (01:24)
2. Összhang Nélkül (Without Harmony) (06:14)
3. 1000 lej (07:57)
4. A lány csak áll (She's just standing there) (01:21)
5. Szervusz Drágám (Hi Honey) (09:33)
6. Tatabánya (Old Man's Mine) (05:26)
7. 030 (Oheighthundred) (06:01)
8. Hinta Palinta (See Saw) (05:07)
9. Eperdinnye (Strawberry Melon) (12:43)

FORMATION :

Péter Hoffer

(basse)

Krisztián Paár

(guitare)

Imre Sári

(claviers)

Krisztián Vérti

(batterie, percussions)

INKABB HOLNAP

"Tomorrow Instead"

Hongrie - 2004

Periferic Records - 55:48

 

 

Pour une nouvelle formation, il existe deux façons de se situer dans la sphère des musiques progressives : s'inscrire dans la lignée d'un courant majeur ou d'un nom célèbre de ce mouvement, ou plus généralement adopter la démarche spécifique qui consiste à mêler des ingrédients venus de divers horizons sans souci de mode quelconque, par goût, audace et curiosité. Inkabb Holnap appartient résolument à cette seconde catégorie, encore que l'on puisse bien sûr toujours ça et là identifier quelques influences.

Oui, un passage de synthé sur «Osszhang Nelkul» évoque Solaris, la cadence pianistique de «Tatabanya» Brighteye Brison et les nappes vaporeuses de «Hinta Palinta» renvoient à Iman ou au symphonisme italien... Néanmoins, Inkabb Holnap emprunte beaucoup au jazz rock, dans les solos du guitariste par exemple, mais plus généralement dans les enchaînements harmoniques assez complexes pouvant surprendre un auditoire non averti. A l'extrême, on trouve quelques phrasés du guitariste typiques de la fusion soft américaine (Larry Carlton ou Chuck Loeb) et une intro reggae à l'accordéon (!) sur «Szervusz Dragam». Evidemment, réunir tous ces éléments n'est pas aisé et il en résulte parfois un certain sentiment d'étrangeté ou de froideur, mais le jeu spécial et fouillé des instrumentistes permet la plupart du temps de dégager des impressions rares et attachantes de l'écoute de Tomorrow Instead.

Le créneau du groupe est bien établi ici : son inconvénient est sa complexité technique qui peut rebuter de prime abord, son avantage est que, sans doute pour cette même raison, il n'est pas très fréquenté... Tomorrow Instead s'adresse donc aux amateurs de sensations inédites dans un luxe de détails, avec des points forts indéniables que sont ses glissades harmoniques et ses nombreuses et étonnantes transitions. Inkabb Holnap devra toutefois à l'avenir développer encore le caractère de ses solos (pourtant déjà appréciables), et surtout utiliser davantage la densité instrumentale et la puissance comme vecteurs émotionnels tout en gardant sa subtilité et sa richesse. Une œuvre attachante, quoi qu'il en soit...

Philippe LOMBARD

(chronique parue dans Big Bang n°54 - Juillet 2004)