BIG BANG - Magazine de Musiques Progressives

Chroniques

Recreation Day pochette

PISTES :

1. The Fisherman’s Tune (5:24)
2. Guarding The Western Approaches (9:34)
3. Tales Of Yore (4:23)
4. The Mariner (3:26)
5. Along The Coast (5:46)
6. Skerryvore Skies (5:10)
7. Iona Sunrise (2:17)
8. Mists Of Time (8:40)
9. Before The Storm (7:53)
10. Hebridian Horizon (3:10)
11. Dubh Artach (6:39)
12. On The Tide (5:02)

FORMATION :

Mat Dickson

(tous instruments)

MAT DICKSON

"The Keeper's Log"

Royaume-Uni - 2003

Beachcomber - 67:33

 

 

Malgré la multiplication des moyens de communication et en particulier le pouvoir d'internet, il arrive encore que des musiciens aient le plus grand mal à se faire connaître, même au sein d'une famille musicale pourtant très bien informée comme la nôtre. Ainsi en est-il de Mat Dickson, un multi-instrumentiste d'origine anglaise qui, à quelques mois d'intervalle, nous propose rien moins que deux albums. Le premier, The Lighthouse Keeper, date pourtant de 1998, et le second, The Keeper's Log, vient tout juste de paraître.

Comme leur titre l'indique, ces deux CD rendent hommage aux gardiens de phare, et donc à un univers maritime âpre et empli de solitude. Mat Dickson a visiblement privilégié ce second point, la musique gravée sur ces deux albums n'étant absolument pas difficile d'accès mais privilégiant au contraire des climats mélodiques rêveurs et volontiers nostalgiques. Si votre humeur est à la fête, n'allez pas écouter un de ces disques, mais si vous vous sentez d'humeur mélancolique et avez envie de grands espaces, alors plongez-y sans retenue.

Les compositions instrumentales de Mat Dickson (11 de 3:31 à 8:26 et 12 de 2:17 à 9:34) sont dominées par les guitares, acoustique, électrique et basse, et enveloppées dans de douces nappes de synthétiseurs. Quelques percussions programmées ou jouées par des invités viennent parfois enrichir la palette sonore, mais ces moments sont assez rares. Sur The Keeper's Log, on notera aussi une volonté de diversifier les sons avec quelques parties d'accordéon (vraisemblablement échantillonnées).

Cet univers musical n'est pas sans rappeler celui d'Anthony Phillips dans certaines de ses Private Parts And Pieces, même si Mat Dickson utilise beaucoup plus sa guitare électrique que son illustre modèle. Par ses couleurs celtiques, on ne peut également s'empêcher de penser à Mike Oldfield, et à l'instar de celui-ci, Mat Dickson a déjà un son et un jeu bien affirmé, garant d'une originalité certaine. On pourra toutefois reprocher à ce dernier une trop grande linéarité dans ses compositions, et en dépit de thèmes mélodiques souvent d'une grande beauté, une certaine monotonie finit par s'installer sur la longueur conséquente que représente ces deux galettes.

Le problème que l'on pressent déjà, et donc la difficulté que va avoir à surmonter Mat Dickson à l'avenir, sera de renouveler son univers musical tant ces deux albums se ressemblent. Cela passe peut-être par l'apport de collaborations extérieures plus conséquentes ou par une orientation nouvelle de ses sources d'inspiration. A lui de trouver la bonne formule, mais il serait dommage qu'un artiste au pouvoir mélodique si grand ne se remette pas en question pour continuer à nous offrir de tels moments de sérénité. En attendant, n'hésitez pas à partir dès maintenant à la découverte des gardiens de phare, et laissez vous guider par ce talentueux Mat Dickson.

Christian AUPETIT

(chronique parue dans Big Bang n°49 - Mai 2003)