BIG BANG - Magazine de Musiques Progressives

Chroniques

Unauthorised Breakfast Item pochette

PISTES :

1. Smoking Gun (Right For Me) (5:36)
2. Revenge (5:15)
3. The Unauthorised Breakfast Item (4:44)
4. Tell Me Why (6:16)
5. It’s Getting A Whole Lot Better (8:56)
6. Head Above The Clouds (7:21)
7. Straight Through The Heart (4:40)
8. Wild West Street (4:47)
9. Nowhere To Hide (8:54)
10. Linders Field (3:38)

FORMATION :

Pye Hastings

(chant, guitares)

Richard Coughlan

(batterie)

Jan Schelhaas

(claviers, chœurs)

Doug Boyle

(guitare)

Geoffrey Richardson

(violon alto, banjo, youkoulélé, guitare acoustique, chœurs)

Jim Leverton

(basse, chant, chœurs)

INVITÉS

Dave Sinclair
(claviers [9])

Jimmy Hastings
(saxophones ténor et soprano, flûte)

Simon Bentall
(percussions)

Ralph Cross
(percussions [3])

CARAVAN

"The Unauthorised Breakfast Item"

Royaume-Uni - 2003

Eclectic Discs - 60:13

 

 

Bien que Caravan soit l'une des formations emblématiques de notre mouvement, bien peu d'entre vous doivent être capables de livrer à brûle pourpoint l'année de sortie et le titre de son dernier album studio. Alors ?! Pas facile en effet, au regard de l'anonymat dans lequel se débat le groupe anglais depuis vingt ans...

Caravan a certes été actif sur scène ces dernières années (Bataclan à Paris en novembre 2000, mini tournée française en février 2003), mais il n'était donc pas retourné en studio depuis bien longtemps. The Unauthorised Breakfast Item, hormis deux albums de «remakes» d'anciens morceaux, est ainsi le premier depuis The Battle Of Hastings (1995), qui était lui-même le premier depuis Back To Front (1982)...

Il faut ajouter que l'accouchement de ce nouvel opus ne s'est pas effectué sans douleur. Le départ de David Sinclair tout d'abord, pendant l'été 2002 et dans des circonstances encore nébuleuses (il s'apprête à sortir un album solo intitulé Full Circle, où l'on entendra notamment son cousin Richard au chant), fut on s'en doute la cause d'un retard imprévu. Il faut dire que le claviériste avait participé plus qu'activement à l'élaboration de The Unauthorised Breakfast Item, signant même la majorité des morceaux.

Cette défection entraîna donc, outre l'arrivée de Jan Schelhaas aux claviers, une refonte complète du projet, Pye Hastings composant plusieurs morceaux supplémentaires, tandis que Doug Boyle et Geoff Richardson apportaient eux aussi des compositions. Ce nouvel album, malgré un nouveau report, suite à des problèmes de label cette fois, sort enfin en cette rentrée, coïncidant avec une importante tournée anglaise qui se conclura fin novembre par un concert à Londres célébrant les 35 ans d'existence du groupe, avec la présence d'invités comme Jimmy Hastings et Colin Bass...

Côté musique, pas de surprise, ou si peu. Caravan poursuit sa route, comme si le temps qui passe inexorablement n'avait aucune prise sur lui, pas même pour lui permettre d'effectuer la moindre remise en cause... En 20 ans et trois albums, le groupe de Pye Hastings n'a ainsi aucunement dévié de la route qu'il suit comme mécaniquement. Certes, les paysages musicaux qui défilent s'avèrent tout à fait charmants mais, sans attendre pour autant et sempiternellement la même resucée 'seventies', on peut regretter objectivement que Caravan ne soit pas un peu plus audacieux. D'autant qu'au rythme où vont les choses, il n'est pas certain que The Unauthorised Breakfast Item connaisse de sitôt la joie d'avoir un successeur...

Pour autant, il ne s'agit pas de vilipender gratuitement cet album, sans lui laisser une chance de se laisser apprivoiser. Celui-ci n'est certes pas des plus farouches, mais son propos offre de véritables moments de bonheur, qu'il serait malvenu de dénigrer. Les dix présentes compositions (de 3 à 9 minutes) développent un progressif bucolique, aux effluves tout à la fois pop et jazzy. Le tout s'ébrouant dans un environnement sonore typiquement anglais, versant champêtre, sur lequel un léger voile suranné vient délicatement se poser.

C'est tout à la fois la limite et l'atout d'un tel album : daté et décati pour certains, délicieusement désuet pour d'autres, il opère de manière finalement détournée pour tenter de séduire son auditoire potentiel. Caravan ne peut peut-être tout simplement pas nous offrir davantage aujourd'hui.

Pourtant, le groupe possède d'indéniables atouts, en premier lieu des musiciens talentueux et un son immédiatement reconnaissable. Qu'il s'agisse du chant de Pye Hastings, du violon alto de Geoff Richardson, des claviers de Jan Schelhaas ou de la guitare de Doug Boyle (qui apporte un vent frais salvateur), vous conviendrez que le résultat ne puisse pas vraiment être dénué d'intérêt. The Unauthorised Breakfast Item s'apparente ainsi au dernier album en date de Colin Bass, In The Meantime, en offrant de la même manière tout autant de moments de bravoure que de passages plus communs où l'on sent le groupe en roue libre, c'est à dire abandonnant alors toute prise de risque pour jouer la carte de la sécurité...

Il est évident que cet opus ne déchaînera pas de folles passions, mais il engendre un véritable bien-être, certes teinté de nostalgie et quelque peu diffus, mais que l'on n'a vraiment aucune raison de réprouver.

Olivier PELLETANT

PS : Une édition limitée de cet album (vendue en avant-première durant l'été 2003, et exclusivement par correspondance), comprend un second CD réunissant cinq morceaux live : quatre extraits du nouvel album, enregistrés lors de la tournée japonaise de mai dernier, et la version orchestrale de «For Richard» donnée au festival international de Québec en juillet 2002, dernier concert de Caravan avant le départ de David Sinclair.

(chronique parue dans Big Bang n°51 - Novembre 2003)